Les modèles Renault remplaceront-ils les produits Fiat Chrysler ?

Les modèles Renault remplaceront-ils les produits Fiat Chrysler ?

Sommaire

 

 

 

Le constructeur automobile français Renault pourrait avoir la solution aux besoins de FCA en matière de produits.

 

Si vous voulez acheter un modèle de fabrication française aux États-Unis, vous savez probablement que Renault, Peugeot et Citroën ne sont pas présents sur le marché. Au lieu de cela, vous ne pourrez envisager que la Toyota Yaris, le seul modèle actuellement construit en France et exporté vers les États-Unis.

 

Sortie… à droite de la scène

 

Les sociétés Renault et Peugeot-Citroën ont toutes deux été présentes aux États-Unis par le passé. En effet, Renault a eu une participation majoritaire dans American Motors pendant plusieurs années, mais s’est retiré du marché en 1989, deux ans après avoir vendu ces actifs à Chrysler Corporation. En 1991, Peugeot s’est retiré à son tour du marché américain, mettant également fin aux ventes de Citroën. Quelque vingt-cinq ans plus tard, peu d’Américains de moins de 40 ans se souviennent de voitures construites par des constructeurs français et vendues aux États-Unis.

 

Aucun des deux constructeurs n’est prêt à revenir aux États-Unis, un marché immensément rentable, mais aussi brutalement concurrentiel. Au-delà des constructeurs nationaux tels que Packard, Checker et Studebaker, une foule de marques étrangères ont également jeté l’éponge, notamment Isuzu, Yugo, Daihatsu et Suzuki.

 

Pour autant, l’un d’entre eux, le constructeur américain, n’est pas prêt à revenir.

Cependant, l’un des deux constructeurs français pourrait faire son retour, surtout s’il s’associe à une entreprise déjà présente aux États-Unis. Le partenaire logique de Renault est Nissan, car les deux entreprises possèdent une part l’une de l’autre et sont dirigées conjointement par Carlos Ghosn, le PDG d’origine brésilienne pour les deux constructeurs automobiles. C’est une alliance fructueuse qui a produit de nombreuses voitures pour les deux entreprises depuis que la confédération a été forgée à la fin des années 1990.

 

En revanche, Peugeot-Citroën n’a pas cette chance. Un bref partenariat noué avec GM en 2012 a pris fin moins de deux ans plus tard, Peugeot ayant demandé l’aide de Dongfeng, un constructeur chinois pour soutenir son activité. Des deux entreprises françaises, le tableau financier de Peugeot est le plus faible.

 

Renault à la rescousse?

 

Pour en revenir à Renault, ce constructeur automobile pourrait très bien retrouver le chemin de l’outre-Atlantique, surtout si Fiat Chrysler parvient à trouver un accord pour que le constructeur français lui fournisse des véhicules. En effet, le PDG de FCA, Sergio Marchionne, a annoncé la semaine dernière que son entreprise ne construirait plus ses berlines compactes Dodge Dart et moyennes Chrysler 200, choisissant plutôt de consacrer la capacité de ses usines à la fabrication de Jeeps et de camionnettes Ram. Cette décision signifie que FCA devrait devenir plus rentable ainsi que plus attrayante pour un suitor potentiel.

 

La société a été créée dans le cadre d’un programme de développement de l’entreprise.

 

Dans le même temps, Marchionne a déclaré qu’il se tournerait vers ses concurrents pour fournir ces modèles, mais la probabilité qu’un Ford, un Toyota ou un Hyundai diluent leurs propres lignes de modèles pour accommoder FCA semble très peu probable.

 

Renault pourrait être le fournisseur le plus logique pour FCA car il possède deux modèles, la moyenne Latitude et la compacte Mégane – qui pourraient éventuellement être rebadgés et vendus aux États-Unis. Les deux modèles sont sous-tendus par des plates-formes partagées avec les produits actuels de Nissan (Altima et Sentra), mais autrement, les voitures sont toutes Renault.

 

L’inconvénient de choisir la Mégane est qu’elle n’est pas une berline – Renault construit des variantes bicorps, coupé et wagon, mais pas de berline quatre portes. Cela dit, la berline à hayon pourrait convenir à un marché qui accepte enfin ce style de carrosserie. Actuellement, Renault construit la Mégane dans quatre usines dispersées à travers l’Europe et pourrait être en mesure de fournir la prochaine génération de la Dodge Dart.

Le deuxième modèle est la Renault Latitude et celle-ci est déjà vendue au Mexique, où elle est connue sous le nom de Renault Safrane. Il est intéressant de noter que la Renault Latitude/Safrane est construite en Corée par Renault Samsung Motors, un constructeur automobile mineur qui opère sur un marché dominé par Hyundai et Kia.

Tags :

Actualités

Partager: