L’ascension et la chute de Mitsubishi

L’ascension et la chute de Mitsubishi

Sommaire

 

 

 

J’ai écrit cet article plusieurs jours avant de partir en voyage d’affaires, alors veuillez me pardonner si le récit de Mitsubishi a radicalement changé au cours des derniers jours. Qu’un changement se produise est compréhensible – après que Nissan a exposé Mitsubishi pour avoir exagéré les chiffres de l’économie de carburant de plusieurs véhicules qui lui ont été fournis par son partenaire junior, Mitsubishi a perdu près de la moitié de sa valeur marchande.

 

Et le problème ne semble pas près de se terminer, Mitsubishi a admis par la suite avoir truqué ses chiffres d’économie de carburant depuis 1991. C’est un quart de siècle d’escroquerie de la part d’une entreprise qui a eu sa part de fiascos.

 

Une histoire longue et diversifiée

 

Le temps et l’espace ne me permettent pas de fournir un regard approfondi sur tout ce qui concerne Mitsubishi. Pour commencer, la société privée est investie dans de nombreux domaines, notamment la construction navale, les services financiers, les industries lourdes, les produits chimiques, l’acier et l’aviation, entre autres. Sa branche automobile, Mitsubishi Motors, est relativement solide au Japon, où elle est le sixième plus grand constructeur automobile. Aux États-Unis, Mitsubishi est à peine une note de bas de page, tentant de gratter une place parmi une concurrence beaucoup plus forte.

 

La limitation de l’accès à l’industrie automobile est une autre raison de limiter l’accès à l’industrie automobile. 

 

Une autre raison de limiter la discussion sur Mitsubishi est que la société a été créée en 1870. C’est exactement 100 ans avant le lancement de Mitsubishi Motors, bien que la branche de construction navale ait produit le Mitsubishi Model A en 1917, représentant la première automobile produite en série au Japon.

 

Chrysler s’assure une participation

 

En 1971, après le lancement de Mitsubishi en tant que branche distincte du conglomérat d’entreprises, le constructeur automobile a approché la Chrysler Corporation pour forger un partenariat. Chrysler a pris une participation de 15 pour cent dans Mitsubishi et a commencé à recevoir la Mitsubishi Galant, rebaptisée Dodge Colt.

 

Ce partenariat s’est rapidement étendu avec divers produits badgés Dodge et Plymouth vendus en Amérique du Nord. Dans le même temps, Mitsubishi a commencé à mettre la table pour vendre des voitures directement aux États-Unis sous son propre nom.

Au début des années 1980, les premiers problèmes financiers de Mitsubishi sont apparus et la société s’est rapidement retrouvée à vendre ses activités en Australie pour tenter de redresser la barre. En 1982, la marque Mitsubishi est introduite aux États-Unis et ne tarde pas à étendre son réseau de concessionnaires.

 

L’entreprise Diamond-Star Motors 

 

À la fin des années 1980, Chrysler et Mitsubishi ont formé Diamond-Star Motors, une coentreprise 50-50 basée à Normal, dans l’Illinois. Cette usine fabriquait divers produits Mitsubishi pour l’entreprise ainsi que certains modèles Chrysler, Dodge et Plymouth. En 1991, Chrysler a vendu sa part dans DSM à Mitsubishi, mais a continué à s’approvisionner en voitures auprès de son partenaire japonais. L’usine a finalement été fermée en 2015.

 

En 2009, la nouvelle entité DaimlerChrysler (DCX) a acheté une participation de 34 % dans Mitsubishi. En conséquence, une alliance Daimler-Chrysler-Mitsubishi a été forgée. Plus tard, il a été déterminé que Mitsubishi cachait un défaut et se livrait à des irrégularités financières. Dans le même temps, la dette de Mitsubishi a commencé à submerger la société et DCX a refusé d’intervenir. Petit à petit, DCX s’est désengagé de Mitsubishi, vendant sa dernière participation vers la fin de l’année 2005.

 

Une longue spirale descendante

 

La sortie de DCX semble avoir contribué à une spirale descendante qui a lentement aspiré la vie de Mitsubishi. Outre son désinvestissement, DCX n’avait plus accès aux nouveaux produits dont elle avait si désespérément besoin. En 2010, l’entreprise a mis fin à sa filiale de performance Ralliart, bien que plusieurs de ses modèles de performance aient tenu bon pendant encore cinq ans, notamment la Lancer Evolution (EVO).

 

Pendant ce temps, les ventes américaines de Mitsubishi ont continué à chuter, tombant à 57 790 unités en 2012, après un pic de 345 111 en 2002. Au cours des dernières années, les ventes ont quelque peu rebondi, mais elles représentent toujours moins de 30 % du taux maximal.

 

Les ventes de Mitsubishi ont continué de chuter.

Tags :

Actualités

Partager: